Le roi Lear (traduction conjointe André Markowicz)

Traduit de l'ANGLAIS par FRANCOISE MORVAN

À propos

LEAR.
Soufflez, les vents, à vous crever les joues, Vous, cataractes, torrents drus, crachez, Noyez le dard des clochers et leurs coqs, Éclairs soufrés, foudroyant la pensée, Avant-coureurs du feu qui fend le chêne, Brûlez mes cheveux blancs ! Tonnerre, frappe La gravide rondeur du monde, écrase Les moules de Nature et dissémine La semence d'où germe l'homme ingrat.

LE FOU. - Oh, mononc', eau bénite de cour en logis bien sec vaut mieux que pluie comme il en tombe ici. Mononc', mon bon, rentre, demande à tes filles leur bénédiction. Cette nuit-ci n'a pitié ni des sages ni des fous.


Rayons : Littérature > Théâtre


  • Auteur(s)

    William Shakespeare

  • Traducteur

    FRANCOISE MORVAN

  • Éditeur

    SOLITAIRES INTEMPESTIFS

  • Distributeur

    SODIS

  • Date de parution

    15/01/2012

  • Collection

    Traductions Du Xxieme Siecle

  • EAN

    9782846813464

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    312 Pages

  • Longueur

    17.4 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    2.4 cm

  • Poids

    300 g

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

William Shakespeare

Fils d'un gantier devenu bailli de Stratford, Shakespeare put étudier, mais des revers de fortune familiaux et un jeune mariage semblent l'avoir conduit à arrêter. On le suppose établi à Londres dès 1588, mais sa réputation dramaturgique naît en 1592. Son premier mécène est le comte de Southampton à qui il dédie des poèmes, genre dans lequel il excelle au vu de ses 'Sonnets' (1609). Il joue ses pièces à la cour d'Elizabeth 1ère, puis de Jacques 1er, ensuite il devient successivement actionnaire du théâtre du Globe et du Blackfriars (1608). En 1612, il rentre à Stratford. Auteur d'une oeuvre unique et intemporelle, il s'attacha à décrire les jeux du pouvoir et les passions humaines, mêlant joie et douleur, emprisonnant la vie dans ses vers. Les premières oeuvres furent marquées par leur caractère historique ('Richard III'). A partir de 1594, il développa ses comédies ('Beaucoup de bruit pour rien') et délivre sa première tragédie majeure, 'Roméo et Juliette', qu'il fera suivre d''Hamlet', d''Othello' et du 'Roi Lear'. Sa dernière pièce, 'La tempête', est une oeuvre remarquable, baignée d'ésotérisme.

empty