Romans & Nouvelles de genre

  • Maria, jeune allemande, a 12 ans en 1940.
    Jugée porteuse d'une maladie héréditaire pouvant nuire à la race aryenne, elle est internée dans les camps de concentration où elle connaîtra l'enfer comme tant d'autres mais aussi le viol et la déchéance. Abandonnée de tous à la fin de la guerre, elle reconstruira une vie comme elle le peut avec le terrible poids du passé.
    40 ans plus tard, à la fin de sa carrière d'infirmière, les hasards de la vie la confronte au plus étonnant des destins. Ecartelée entre une colère aveugle et son sens aigu du devoir professionnel, quel chemin choisiras-t-elle ?

  • Tu me rejoins en Australie ?'- Il suffit d'une question pour changer une vie. Une petite Belge en Australie suit Coraline pas à pas hors de sa zone de confort. Le parapente, l'escalade et les road trips la guident dans son besoin de liberté. Deux années de voyage comme remède aux peurs et aux doutes. Six mois dans l'Outback désertique. Vivez les paysages de la terre rouge à travers une histoire humaine et naturelle. Découvrez comment une goutte d'eau de pluie peut faire renaître l'espoir...

  • « Le Dilemme de Trajan » est le troisième tome de la trilogie ouverte avec « Mon Amour à Pompéi » et poursuivie par « Les Larmes de Titus ».
    On y lira la suite des stupéfiantes aventures de nos voyageurs temporels : le juge Roland Lévêque et l'historien Donato Amonelli, propulsés dans le passé par le professeur Jacques Liévin. On assistera à la fin de la tyrannie de Domitien, frère de Titus, et on fera mieux connaissance avec Pline le Jeune, déjà rencontré adolescent dans le premier tome et devenu gouverneur de la Bithynie.
    Et on retrouvera avec plaisir la belle Laetitia pour laquelle Roland Lévêque avait traversé les siècles !

  • Août 1789. La lame de fond générée par la Révolution française provoque des remous jusqu'au coeur des Pays-Bas autrichiens et de la Principauté de Liège. Celle-ci supporte de plus en plus mal l'absolutisme de son prince-évêque, ceux-là sont opprimés par le despotisme centralisateur de Joseph II...
    Inspiré d'une collection d'archives familiales, ce roman balaie la période 1789-1830, ces quarante années tumultueuses qui ont marqué la gestation de la Belgique. Il est subdivisé en trois parties :
    - Les Autrichiens - époque de Renier.
    - Les Français - époque de Maximilien.
    - Les Hollandais - époque de Nicolas.
    De la bataille de Ramillies qui a laissé des traces à la ferme de Morivaulx jusqu'à la révolution brabançonne de 1790, des soulèvements du peuple liégeois jusqu'à la victoire du général Dumouriez à Jemappes, de la déroute de ce dernier à Neerwinden au triomphe de l'impétueux général Jourdan à Fleurus, de l'annexion à la République française à la chute de l'Empire, de l'enfer de Waterloo aux journées de septembre 1830. Comment les populations de l'époque ont-elles vécu ces temps agités ? Dans le cas présent, comment trois générations de fermiers évoluant dans un univers clos, éloigné des villes importantes et des grandes voies de circulation, ont-elles appréhendé ces événements ? De quelle manière ces hommes ont-ils été informés, alors qu'ils ne disposaient d'aucun des moyens de communication que nous connaissons aujourd'hui, si ce n'est de quelques courroies de transmission aléatoires : récits de voyageurs, rumeurs et « on-dit » qui constituaient, pour ainsi dire, les seuls médias de l'époque ?
    D'éminents historiens ont analysé cette période avec brio. N'étant pas historien, mon propos ne se situait pas à ce niveau. En utilisant un autre angle de vue, j'ai tenté de répondre à ces questions en mettant en scène des « petites gens » dans le cadre de leur vie quotidienne qui fut, inévitablement, bouleversée par les événements dont ils furent les acteurs involontaires ou, à tout le moins, les spectateurs impuissants.

  • Il s'agit, très sommairement, de divers récits traitant de relations interpersonnelles, de leur naissance, de la manière dont les émotions sont vécues par le narrateur, et parfois de leur disparition. Le narrateur y dévoile des rencontres qu'il a faites avec des hommes et certaines femmes qui ont compté dans sa vie. Ils lui ont apporté chacun quelque chose de différent. Il serait aisé de qualifier ce livre de « littérature gay ». Mais ce serait passer à côté d'une oeuvre subtile, délicate, parfois brusque, d'un texte psychologique émouvant, peut- être choquant également. Vous y découvrirez un homme qui s'est réfugié dans des aventures amoureuses sans lendemain, un homme qui subit un manque impossible à combler. Au final, peu importe si notre narrateur est gay, bi ou hétéro. C'est un personnage complexe, paradoxal, touchant, qui s'écrit pour mieux se retrouver.

  • La croix et la bannière

    Hugo Lejeune

    1685. Alors que la plupart des puissances européennes sont encore régies par le principe du Cuius regio, eius religio, Louis XIV revient sur la Tolérance garantie aux Huguenots afin de mettre un terme aux guerres de religion. L'Édit de Nantes est abrogé et le catholicisme, restauré au rang de seule religion du royaume. Le Roi s'assure ainsi le soutien de ses évêques pour contrôler plus étroitement l'Église de France et, à travers elle, l'âme de ses sujets. C'est l'aboutissement de la politique de renforcement du pouvoir royal initiée dès Louis XIII. Un pouvoir que le Roi Soleil entend rendre absolu.

    Mais les conversions forcées ne sont souvent qu'apparentes.

    De fait, moins d'une génération plus tard, une révolte éclate dans le fief traditionnellement protestant des Cévennes. Élevés dans l'intolérance, de jeunes artisans et paysans huguenots prennent les armes pour recouvrer la liberté de leur conscience. De répression en représailles, l'insurrection conduit rapidement à une guerre fratricide qui, menée au nom de principes supérieurs, achève de mettre les Cévennes à feu et à sang.

    La Croix et la Bannière relate cette révolte en s'attachant au plus polémique de ses chefs.

    Monstre sanguinaire pour les uns, héros, voire traître à sa cause pour les autres, Jean Cavalier y apparaît avant tout comme le cadet d'une famille de laboureurs qui donnera ses lettres de noblesse à cette révolte de petites gens et lui gagnera le soutien de la plupart des Cours protestantes d'Europe.
    Mais, tandis que, se dressant contre l'absolutisme, il affronte tant les troupes royales que le clergé, l'insaisissable stratège aux accents prophétiques doit bientôt faire face à un adversaire plus insidieux encore.
    Le doute, cet ennemi intime de tout croyant, finit par s'insinuer en lui.
    Pris dans ses propres contradictions, Jean Cavalier se retrouve alors en porte-à-faux au-dessus de l'abîme qui sépare les idéaux d'une réalité bien plus sensible.

  • Le jet

    Jules Cybèle

    Cette histoire est dédiée à tous ceux qui n'auront pas peur de tomber, ni de se relever après leur chute. Car elle est plus profonde qu'une histoire d'homme, c'est un récit d'émotions pures où les pulsions sont toutes-puissantes. J'ai voulu que chaque mot soit comme une marche d'un escalier sans fin s'engouffrant dans notre inconscient. Mais j'ai tenté d'y remplacer l'obscurité par une lumière trouble. Qui veut y trouvera son chemin...

empty